Migrants, une pièce de théâtre en podcast

Les étudiants de première année du cours Peyran Lacroix ont le plaisir de présenter leur adaptation radiophonique de la pièce de théâtre « Migraaaants » de Matei Visniec. Une pièce qui dénonce la cruauté et la déshumanisation des politiques migratoires européennes. Le cynisme et la légèreté troublante du ton employé dénotent avec l’horreur du propos, offrant aux jeunes comédiens une occasion précieuse de travailler des personnages complexes, doubles, mais tous animés par un objectif unique : survivre.

« Migraaaants »

« Alors qu’elle devait être initialement présentée au théâtre de la Pépinière au mois de juin 2020 dans le cadre de la présentation annuelle de travail de l’école, cette pièce a finalement fait l’objet d’un travail audio. La crise sanitaire ne permettant aux comédiens ni de se retrouver dans un contexte classique de répétition (confinement, répétitions suspendues), ni d’accéder au plateau (spectacles interdits), il a été décidé de maintenir malgré tout le spectacle par le biais de répétitions en visio-conférence, puis dans le respect des gestes de sécurité et surtout de lui donner la forme radiophonique.

Le texte et la mise en scène ont donc été adaptés à cette nouvelle contrainte qui s’est révélée être une source de créativité inestimable. Des personnages ont été multipliés, certains passages ont été légèrement réécrits ou supprimés, et les comédiens se sont penchés d’une façon toute particulière sur le son.

En effet, la visualisation de l’action passe désormais non plus par l’œil mais par l’oreille. Les bruitages et ambiances ont été travaillés avec précision et surtout réalisés par les comédiens eux-mêmes.

La radio est très présente. A l’image des comédiens qui n’avaient pas d’autres alternatives pour jouer, elle représente dans la mise en scène, le canal de communication principal : utilisée pour la diffusion d’informations, de discours, de publicités, jusqu’à la prise de possession des migrants de l’antenne de façon illégale pour se faire entendre.

 

Se faire entendre coûte que coûte

 

Comme les voix de migrants qui surgissent dès qu’elles peuvent sur les ondes brouillées tout au long de la pièce, comme les comédiens qui n’ont pas baissé les bras face au défi qui leur était imposé, le théâtre continue d’exister.

Le théâtre, de la même façon que les milliers de migrants qui risquent leur vie chaque année en méditerranée, ne peut se contenter de mettre sa vie en pause sous le coup de crises, de directives, de décisions politiques, mais au contraire il continue, guidé par son humanité, de porter la parole de ceux que l’on entend pas.

Olivia Cros
Metteuse en scène »

Suivez-nous sur Twitter