abonnez-vous au podcast de l'émission

Résumé de l'épisode

La sous-série Art, droit et environnement s’achève ici.

Dix mois de travail n’auront pas suffi à déterminer un panorama clair sur l’imbrication de ces trois thématiques. Chaque pan présente une telle complexité que cela rend difficile de les déceler séparément pour ainsi obtenir une once de certitude sur les caractéristiques de leur imbrication.

En ce qui concerne l’environnement, nous avons donné comme acquis les prémisses utilisés par les acteurs, experts et par nos interlocuteurs, même si elles pouvaient être contradictoires entre elles.

En ce qui concerne le dénommé « art écologique », le terme, pour désigner ce type de création, est lui-même remis constamment en question, sans parler de son contenu.

Finalement, en ce qui concerne le droit de l’environnement, nous verrons que nous avons fait des bonds entre frustration et résignation face à la complexité d’une thématique qui bouscule le droit positif et semble rendre insaisissable le sujet dans sa totalité.

Merci à tous les experts, amis, oreilles attentives, à toutes les visites guidées, aux musées, aux fondations, aux collectionneurs de nous avoir permis de réaliser cette sous-série passionnante et inspirante.

Partagez l'épisode

Animation

Léa Delion

Réalisation

Leobardo Arango

Production

Amicus radio

Vous aimerez aussi

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (3/3)

15 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce troisième et dernier épisode est consacré au régime totalitaire corrompu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (2/3)

11 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce deuxième épisode est consacré à la réification des individus.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (1/3)

8 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce premier épisode est consacré à l’analyse du paradis perdu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

COP 28, et après ?

7 décembre 2023 | UNiTerre (Environnement)

La 28ème Conférence des Parties sur le Climat, dite COP28, est certainement la COP de tous les paradoxes.

Paradoxe de la taille d’abord, puisqu’elle rassemble une centaine de milliers de personnes : délégués de 198 pays, ONG, journalistes, scientifiques, industriels, lobbyistes ou encore financiers.

Paradoxe du lieu ensuite, puisqu’elle se tient à Dubaï aux Émirats arabes unis, ville du gigantisme, du shopping, perçue comme l’antithèse de la sobriété et souvent pointée du doigt comme un haut lieu de criminalité financière et de violations des droits humains.

Paradoxe de sa présidence enfin, qui revient au Sultan Ahmed Al-Jaber, également patron de la compagnie nationale pétrolière émiratie, menant certains commentateurs à surnommer cette COP, la COP pétrole.

Dans cet épisode, Magali Lafourcade échange avec Michel Forst, Rapporteur spécial des Nations unies sur les défenseurs de l’environnement qui, depuis Dubaï, fait le point sur ce qui est attendu de cette COP, l’ambiance qui y règne et les enjeux qui s’y jouent.

Vous avez entendu :
• Des témoignages de militants associatifs de grandes ONG internationales