abonnez-vous au podcast de l'émission

Résumé de l'épisode

Résumé de l’épisode

Clint Eastwood est l’ultime géant de la production étasunienne, à travers ses rôles, ses réalisations, ses productions via sa société Malpaso, voire ses compositions musicales.

Sa persona est présente dans les films, car il n’hésite pas à se mettre en scène, lui, à travers tous les âges de son corps, mais également sa personnalité complexe, tout comme sa famille (ses compagnes, ses enfants…).

C’est la figure du justicier qui se dégage de ce corpus de films, à partir de son personnage de « Dirty » Harry Callahan, soit un héros solitaire, libertarien, en butte aux institutions qui n’a de cesse de dénoncer l’inefficacité et dysfonctionnements de celles-ci, en raison des excès de normes et de bureaucratie, voire de la corruption des élites (policières, judiciaires, politiques).

Invités

Andrea Grunert, docteure en cinéma (thèse consacrée à Clint Eastwood) et autrice d’un dictionnaire consacré à l’acteur-réalisateur-producteur. Elle enseigne le cinéma à l’Université protestante des sciences appliquées de Bochum (Allemagne).

Pour aller plus loin

Bibliographie & filmographie

Dirty Harry/L’inspecteur Harry de Don Siegel (États-Unis, 1971) 

True Crime/Jugé coupable de Clint Eastwood (États-Unis, 1999)

Sudden Impact/ Sudden Impact – Le retour de l’inspecteur Harry de Clint Eastwood (États-Unis, 1983)

J. Edgar/ J. Edgar de Clint Eastwood (États-Unis, 2011)

Absolute Power/Les pleins pouvoirs de Clint Eastwood (États-Unis, 1997)

Blow Up de Michelangelo Antonioni (Royaume-Uni, Italie, États-Unis, 1966)

The Conversation/Conversation secrète de Francis Ford Coppola (États-Unis, 1974)

Klute/All the President’s Men/Les Hommes du président d’Alan J. Pakula (États-Unis, 1976)

Un coupable idéal/ Murder on a Sunday Morning de Jean-Xavier de Lestrade (France, 2003)

Bernard Bénoliel, Clint Eastwood. Paris, Cahiers du Cinéma, 2007, Coll. Maîtres du cinéma

Patrick Brion, Clint Eastwood : Biographie, filmographie illustrée et analyse critique, Paris, Ed. de La Martinière, 2001

Michel Cieutat, « Eastwood et le film criminel : un mythe judicieusement exploité », Positif n° 436 (juin 1997), p. 8-11

Michael Goldman, Clint Eastwood: Master Filmmaker at Work, New York, Abrams, 2012, coll. Master Filmmaker at Work

Andrea Grunert, Dictionnaire Clint Eastwood, Paris, Vendémiaire, 2016

Patrick McGilligan, Clint Eastwood : une légende, Paris, Nouveau Monde, 2009

Robert Mazzocco, « Clint Eastwood, portrait du justicier en héros reaganien », Esprit, n° 70 (octobre 1982), p. 63-75. 

Noël Simsolo, Clint Eastwood, Paris, Éd. de l‘Étoile / Cahiers du Cinéma, 1990 

Cour suprême des États-Unis, 13 juin 1966 Miranda v. Arizona : https://www.uscourts.gov/educational-resources/educational-activities/facts-and-case-summary-miranda-v-arizona

Animation

Magalie Flores-Lonjou

Réalisation

Leobardo Arango

Coordination

Leobardo Arango

Partagez l'épisode

Vous aimerez aussi

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (3/3)

15 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce troisième et dernier épisode est consacré au régime totalitaire corrompu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (2/3)

11 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce deuxième épisode est consacré à la réification des individus.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (1/3)

8 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce premier épisode est consacré à l’analyse du paradis perdu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Anatomie d’une chute de Justine Triet : regards de spectateurs (1/3)

23 août 2023 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Lauréat de la palme d’or au 76ème festival de Cannes le 28 mai 2023, le film de Justine Triet, Anatomie d’une chute, a été présenté en avant-première au Festival la Rochelle cinéma le 3 juillet 2023, avant sa sortie en salles le 23 août. 

Le couple formé par les écrivains Sandra Voyter (Sandra Hüller) et Samuel (Samuel Theis) vivait depuis un an à la montagne, en compagnie de leur fils Daniel (Milo Machado Graner), malvoyant âgé de 11 ans et de son chien. L’époux retrouvé mort au pied du chalet (chute accidentelle, suicide ou homicide ?), une enquête a été ouverte et Sandra mise en examen jusqu’au procès d’assises qui s’en est suivi.

L’enquête judiciaire et le procès ont pour objet de rechercher les éléments propres à établir le déroulé des évènements, les causalités et au final la culpabilité ou non de l’accusée. Cette vérité judiciaire, qui s’appuie sur des régimes de parole multiples (langues française et anglaise, prose de l’écrivaine, exposés des experts, conversations enregistrées, arguments de l’avocat général, contre-arguments de l’avocat de la défense), à laquelle le verdict parvient ne reflète pas forcément la vérité des sentiments, des relations au sein du couple, et les jurés (tout comme les spectateurs) ont la délicate tâche de forger leur intime conviction après cette autopsie du couple.

Le lendemain de la projection, trois spectateurs se sont relayés au micro d’Amicus radio pour nous livrer chacun leur vision du film.