abonnez-vous au podcast de l'émission

Résumé de l'épisode

Résumé de l’épisode

Emmanuelle Saulnier-Cassia reçoit Hugues Duchêne, auteur, metteur en scène et comédien et Marianna Granci et Théo Comby-Lemaître, comédiens, pour parler de leur spectacle Je m’en vais mais l’Etat demeure, spectacle en réécriture permanente joué depuis juillet 2018 au Off d’Avignon, puis notamment au théâtre de Vanves mi février 2019.

https://www.theatre-vanves.fr/

Invités

Hugues Duchêne, auteur, metteur en scène, comédien, créateur de la compagnie Le Royal Velours

Marianna Granci, comédienne et chanteuse

Théo Comby-Lemaître, comédien

Références et extraits

Sur le spectacle : Emmanuelle Saulnier-Cassia, « Je m’en vais mais l’Etat demeure : l’actualité politique et judiciaire 2016-2019 revue par la jeune génération surdouée du théâtre documentaire », chronique Du droit dans les arts, Les Petites affiches, 28 février 2019:
https://www.petites-affiches.com/pdf/feuilleteur/2019-02-28/RED043/PA01_PA/#14

 

Sur l’une des thématiques abordées lors de l’émission, à savoir l’importance de la rhétorique en droit, mais aussi le recours au vocabulaire théâtral dans le langage juridique : Jacques Krynen, Le théâtre juridique. Une histoire de la construction du droit, Gallimard, 2018, 377 p.

Jacques Krynen est professeur d’histoire du droit à l’Université Toulouse-Capitole et l’auteur de plusieurs autres ouvrages à la « Bibliothèque des histoires » de Gallimard (L’emprise contemporaine des juges, L’idéologie de la magistrature ancienne, L’empire du roi). Dans ce dernier ouvrage, Jacques Krynen multiplie le recours aux métaphores théâtrales pour souligner l’omniprésence du droit « pour tous » et « pour tout », dont la construction remonte à l’Antiquité. La science du droit, la législation, la juris-diction sont les trois forces créatrices et interdépendantes de la normativité juridique, y compris aux niveaux hiérarchiques européen(s) et international. Il démontre cependant que la rivalité chronique qui met en concurrence la normativité issue du politique et celle de la jurisprudence nuit au caractère obligatoire du droit.

Un ouvrage passionnant, notamment dans le prolongement du spectacle « Je m’en vais mais l’Etat demeure » dans sa construction en tableaux successifs sur l’année politique, l’année judiciaire et l’année sociale.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Histoires/Le-theatre-juridique

Animation

Emmanuelle Saulnier-Cassia

Réalisation

Lucien Oriol

Coordination

Benjamin Lesire-Ogrel et Camille Blumberg

Musique originale

Didier Riey

Prochaines représentations

Théâtre Le Phénix, Boulevard Harpignies, Valenciennes
2 mars 2019
https://scenenationale.lephenix.fr/programmation/theatre/je-men-vais-mais-letat-demeure/

La Scala – 13 boulevard de Strasbourg – Paris 10e
Du 2 au 11 mai 2019
https://lascala-paris.com/programmation/je-m-en-vais-mais-l-etat-demeure/

Les sorties de Droit en scène

Une femme d’exception
Film de Mimi Leder
Date de sortie: 2 janvier 2019
Durée: 2h 01min

Une intime conviction
Film d’Antoine Raimbault
Date de sortie 6 février 2019
Durée: 1h 50minLe décret  de Marcel Aymé
Adapté et mis en scène par Laureen Bonnet
Du 13 au 16 février au Théâtre de la Jonquière à Paris

Partagez l'épisode

Vous aimerez aussi

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (3/3)

15 janvier 2024 | La Justice à l'oeil (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce troisième et dernier épisode est consacré au régime totalitaire corrompu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (2/3)

11 janvier 2024 | La Justice à l'oeil (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce deuxième épisode est consacré à la réification des individus.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (1/3)

8 janvier 2024 | La Justice à l'oeil (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce premier épisode est consacré à l’analyse du paradis perdu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Droit du travail et écologie – L’imaginaire de la nature hors le travail par Frédéric Géa (2/5)

2 octobre 2023 | "Droit du travail et écologie" par Frédéric Géa (Droit du travail et écologie)

Ce deuxième épisode est consacré à ce qui fut, pour ainsi dire, “l’imaginaire constitutif du droit du travail”, au temps de sa naissance, un imaginaire qui réfère à la représentation d’une “nature hors le travail”, en ce que travail et nature se sont construits sur le mode de la transposition entre culture et nature, sur fond d’une conception productiviste du travail. C’est cet imaginaire qui, aujourd’hui, se trouve ébranlé.