abonnez-vous au podcast de l'émission

Résumé de l'épisode

Dans la perspective d’une démocratie environnementale, l’accès à une information fiable est un impératif. Le premier pilier de la convention d’Aarhus consacre le droit d’accès à l’information en matière d’environnement. Mais une fois cette information accessible, encore faut-il la rendre compréhensible pour permettre son appropriation par le public et sa participation au processus décisionnel.

Les journalistes ont un rôle clé à cet égard, en raison de leur travail de recherche, d’analyse et de diffusion de l’information. Leurs enquêtes révèlent les pressions des groupes industriels, les stratégies pour semer un doute climatosceptique ou encore les petites et grandes lâchetés des gouvernements. Nombreuses rédactions se sont aujourd’hui dotées d’une charte climat et environnement, pour définir un ensemble de principes et d’exigences dans le traitement de l’information autour de ces enjeux.

Quelles sont les évolutions de la profession pour fournir un traitement de l’information à la hauteur de la crise climatique et environnementale ? Quelles entraves les journalistes peuvent-ils rencontrer dans le cadre de leurs enquêtes ? Comment placer la frontière entre l’engagement et le militantisme ? Enfin, de quels espaces les journalistes disposent-ils pour traiter le champ des solutions ?

Pour en parler, Magali Lafourcade reçoit Stéphane Foucart, journaliste chargé de la couverture des sciences au sein du journal Le Monde, en particulier la science de l’environnement et les sciences de la terre.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages et enquêtes, et a reçu plusieurs prix pour la qualité de son travail : le prix du journalisme de la Société européenne de météorologie pour trois articles sur le changement climatiques (2015), le prix du journaliste scientifique de l’année de l’Association des journalistes scientifiques de la presse d’information (AJSPI) avec les félicitations spéciales de l’Association of British Science Writers (juin 2016), le grand prix Varenne de la presse quotidienne nationale, et enfin le prix européen du journalisme d’enquête, avec Stéphane Horel, pour une série d’articles sur les Monsanto Papers, parus dans le journal Le Monde (mars 2018).

 

Pour aller plus loin

Vous avez entendu

• Une scientifique allemande de l’organisation Scientist Rebellion

Partagez l'épisode

Animation

Michel Forst, Magali Lafourcade

Invités

Stéphane Foucart, journaliste sciences de l’environnement au journal Le Monde

Réalisation

Leobardo Arango

Production

Amicus radio

Vous aimerez aussi

La protection extraterritoriale des défenseurs

20 juin 2024 | UNiTerre (Environnement)

Depuis le premier rapport des Nations unies sur les défenseurs de l’environnement, publié par Michel Forst en 2016, les menaces, les attaques et les meurtres visant les défenseurs et les communautés locales n’ont jamais été aussi nombreux. Selon le dernier rapport de l’ONG Global Witness, près de 1 500 défenseurs ont été tués depuis la […]

L’Europe des défenseurs

6 juin 2024 | UNiTerre (Environnement)

Le continent européen est généralement perçu comme celui de la démocratie triomphante, de l’Etat de droit et de l’attachement aux droits humains. A l’approche des élections européennes, UNiTerre interroge la place des défenseurs en son sein. Dans cet épisode, il sera cette fois question d’Europe du point de vue de la protection des défenseurs de […]

Juges nationaux et environnement : entre attentes sociétales et réalité juridique

23 mai 2024 | UNiTerre (Environnement)

Alors que depuis l’ère industrielle la Suisse se réchauffe plus vite que tout autre pays européen (2 degrés contre 0,9 en moyenne), le 9 avril dernier, la Cour européenne des droits de l’homme l’a accusée d’inaction climatique. A l’image de cet événement, on observe une augmentation des contentieux environnementaux impliquant des Etats. Certains d’entre eux […]

Le secteur privé face aux défenseurs de l’environnement

9 mai 2024 | UNiTerre (Environnement)

En matière de transition écologique, les entreprises ont un rôle clé à jouer et peuvent, elles aussi, être actrices du changement. Si certaines ont déjà intégré l’importance de minimiser l’impact de leurs activités sur l’environnement, d’autres font de la transition climatique un argument commercial dénué de toute réalité concrète. Une attention de façade, perçue comme cynique, et régulièrement dénoncée sous le vocable de green washing.

Déplacement de population, privation de terre, pollution de ressources naturelles… face aux activités polluantes et aux comportements écocidaires de certaines entreprises, les défenseurs de l’environnement s’attachent à documenter et révéler au grand public les stratégies de contournement mises en œuvre par certains grands groupes privés pour échapper à la réglementation et polluer davantage.

Nombreux sont aujourd’hui ceux qui appellent à une responsabilisation accrue des entreprises, par la définition d’obligations contraignantes et la mise en place de mécanismes de réparation effectifs.

Pour en parler, Magali Lafourcade reçoit Kathia Martin-Chenut, directrice de recherche au CNRS, affectée à l’Institut des Sciences Juridiques et Philosophiques de la Sorbonne, spécialiste de la responsabilité sociétale des entreprises.