abonnez-vous au podcast de l'émission

Résumé de l'épisode

Deuxième partie

La Vérité, d’Henri-Georges Clouzot est un film palimpseste dans lequel résonne tout à la fois l’affaire Pauline Dubuisson, condamnée en novembre 1953 aux travaux forcés à perpétuité pour l’assassinat de son ancien amant Félix Bailly, la vie privée de l’actrice Brigitte Bardot aux prises avec les multiples couvertures médiatiques, son interprétation du rôle de Dominique Marceau, jugée pour avoir tué son ancien amant Gilbert Tellier (Sami Frey), et les réflexions du cinéaste sur la justice pénale.

Le procès filmé entremêle huis clos judiciaire, et la mise en accusation publique par un parterre d’hommes mûrs (président de la cour d’assises, avocat général, jurés, avocat de la partie civile et public) d’une jeune femme trop libre pour son époque, et échappées en flash-back vers une jeunesse annonciatrice des modernités (cinématographique, de mœurs) à venir.

Pour aller plus loin

La Vérité d’Henri-Georges Clouzot (France/Italie, 1960)
Hitler… connais pas ! de Bertrand Blier (documentaire, France, 1963)
La petite femelle de Philippe Faucon (TV, France, 2021)
• Yvonne Baby « Henri-Georges Clouzot nous parle de “la Vérité” “Les acteurs ne sont pas des robots” », Le Monde 3/11/1960
• José-Louis Bocquet, Marc Godin, Clouzot cinéaste, La table ronde, 2011
• Noël Herpe (dir.), Le mystère Clouzot, Liénart/La Cinémathèque française, 2017
• Philippe Jaenada, La petite femelle, Julliard, 2015
• « La petite femelle, réalité romanesque et vérité judiciaire. Entretien avec Philippe Jaenada, Cyrille Cordonnier, Alain Debeire, Camille Goustour, Apolline Roeser, Floriane Watrin », Revue Droit & Littérature, 2017/1, p. 207-217
• Jean-Luc Seigle, Je vous écris dans le noir, Flammarion, 2015
• Jean-Marc Théolleyre, « Il était une fois… Au procès de Pauline Dubuisson, accabler un ‘monstre’ ou comprendre une ‘maudite’ », Le Monde, 23 novembre 1953

Partagez l'épisode

Animation

Magalie Flores-Lonjou

Invités

Christine Baron, Professeure de littératures comparées à l’Université de Poitiers

Réalisation

Leobardo Arango

Production

Amicus radio

Coordination

Leobardo Arango

Musique originale

Didier Riey

Vous aimerez aussi

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (3/3)

15 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce troisième et dernier épisode est consacré au régime totalitaire corrompu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (2/3)

11 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce deuxième épisode est consacré à la réification des individus.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Soylent Green de Richard Fleischer : regards d’étudiants (1/3)

8 janvier 2024 | La Justice à l'oeil, le droit saisi par le cinéma (Cinéma)

Comment faire découvrir aux étudiants juristes les liens qui existent entre le droit et les arts ? C’est l’objet du cours « Droit et culture » dispensé par Diana Villegas aux étudiants du collège de droit, en deuxième année de licence à l’université Paris-Panthéon-Assas.

Dans le cadre de ce cours, elle amène les étudiants à décentrer leur regard sur les enseignements juridiques traditionnels afin de rechercher dans une discipline artistique (la littérature, les arts visuels, l’architecture…) les thématiques juridiques sous-jacentes.

Grâce à une méthodologie interdisciplinaire et divers travaux pédagogiques, ils se trouvent confrontés à une œuvre et doivent en restituer le double apport juridique et esthétique.

Le cinéma étant un médium de choix, deux groupes d’étudiants (Sarah Olivier, Lucas Laffaye-Cauhapé, Elias Abed, Lucie Duquesne, Isabelle Fiani, Galileo Bajard) se sont intéressés, durant l’année universitaire 2022-2023, au film d’anticipation Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973).

Ce premier épisode est consacré à l’analyse du paradis perdu.

Pour aller plus loin :
• Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)
• Richard Fleischer : un grand hollywoodien, rétrospective 2006, La Cinémathèque française
• Richard Fleischer, rétrospective 2024, La Cinémathèque française
• Olivier Père, Richard Fleischer, les fantastiques années 70, Arte.tv, 21 septembre 2012
• Nicolas Tellop, Richard Fleischer, une œuvre, Marest éditeur, 2021, coll. Essais

Vous avez entendu :
• Extraits du film Soylent Green (Soleil vert) de Richard Fleischer (États-Unis, 1973)

Peut-on juger Poutine ?

30 juin 2023 | Angle droit (Droits de l'Homme)

Une première dans l’histoire du droit. Le 17 mars dernier, la Cour pénale internationale a délivré un mandat d’arrêt à l’encontre de Vladimir Poutine pour les crimes de guerre commis en Ukraine depuis l’invasion du pays. Et c’est une première : jamais un chef d’État membre du Conseil de sécurité de l’ONU – qui plus est détenteur de l’arme atomique – n’a été visé de la sorte. Voilà pour les faits.

Place ensuite aux questions : Faut-il juger Poutine ? Pour certains, il faudrait envisager une solution négociée, et ce, à des fins de pacification du conflit. Que leur répondre ? Autre question : faut-il le poursuivre devant la CPI ou envisager d’autres instances, plus efficaces, plus rapides aussi, si l’on souhaite réellement le voir comparaître un jour ? Enfin, que dire à ceux qui s’étonnent que George Bush n’ait jamais été inquiété après la guerre en Irak ? La justice internationale est-elle, comme le déplorent certains, occidentalo-centrée ? On en parle ici et maintenant.

Une émission de Marie Boëton, produite par Amicus radio.